La 4e BAC aux commandes pour un exercice interarmes

Du 11 au 22 septembre, la 4e Brigade d’Aérocombat (4e BAC) a été « au contact » d’un ennemi simulé dans le cadre de l’exercice « BACCARAT » : un exercice militaire interarmes et interalliés d’ampleur dans le nord-est de la France entre Etain et Mailly et Sissonne.

Après une année de montée en puissance et l’obtention de sa certification opérationnelle, la 4e BAC a commandé et coordonné les états-majors tactiques des 3 régiments d’hélicoptères de combat ainsi que celui du 16e bataillon de chasseurs, rassemblés au sein de 3 groupements tactiques interarmes (GTIA) aéronautique et un GTIA à dominante infanterie. Regroupées, ces forces représentaient la moitié des forces présentes sur l’exercice; les autres étant composées des commandos parachutistes, des commandos de montagne, du renseignement, des artilleurs, du génie, du train, du service de santé des armées, du service des essences, d’un bataillon et du soutien au combattant.

BACCARAT 2017

Les objectifs de ces 11 jours « en conditions réelles » furent  multiples. En plus de l’entrainement cité plus haut, il s’agissait  pour le général Vallette D’Osia commandant la brigade de « donner à de nombreuses unités interarmes l’occasion de mettre en œuvre « de façon pragmatique » l’aérocombat dans le cadre d’un scénario dense et réaliste ».

BACCARAT 2017

De plus, l’accomplissement de la mission, c’est à dire la destruction d’un bataillon ennemi suivie de la prise de contrôle de la zone et de l’évacuation des ressortissants, a nécessité la mise en œuvre de savoir-faire très divers : aérocordage, refuelling « hot » (sans arrêt des moteurs), transfert d’un poste de commandement, évacuation de réfugiés.

BACCARAT 2017

L’aérocombat a pris tout son sens sur le terrain de l’exercice qui s’étendait sur 4000 Km². Grace à l’action conjointe des aéronefs et des forces au sol, il est possible d’agir rapidement sur une zone située à 200Km de là et de remplir un objectif grâce aux forces au sol. Dans cet esprit, c’est bien 32 hélicoptères (28 français et 4 espagnols), 1500 hommes et 40 blindés qui ont  participé à la manœuvre.

BACCARAT 2017

Au final, l’exercice aura permis à la brigade créée il y a 14 mois, déclarée opérationnelle en juin 2017, de vivre la réalité de l’engagement avant la projection de son état-major.

BACCARAT 2017

©4BAC