Une « JDC » adaptée aux malvoyants au 92ème régiment d’infanterie

Le 4 avril 2018, un public de jeunes déficients visuels a été accueilli sur le site du 92ème régiment d’infanterie de Clermont-Ferrand dans le cadre d’une Journée Défense et Citoyenneté exceptionnelle. Habituellement exemptés de JDC lors du recensement en mairie, ces jeunes non-voyants et malvoyants de 17 à 25 ans, ont pu accéder à la même information que leurs camarades de JDC « classique ».

Des supports adaptés à chaque déficience

Organisée par le centre du service national (CSN) et le centre de rééducation pour déficients visuels (CRDV) de Clermont-Ferrand, cette action est le fruit de six mois de travail conjoint.

Un livret a été réalisé, associant des planches en braille, des images en relief (thermoformées) pour les non-voyants et des pages en caractères spéciaux pour les jeunes malvoyants et l’un des formateurs JDC du CSN a permis d’adapter le support audio-visuel utilisé.

Monsieur Tricot, président de la fondation des aveugles de guerre, mais aussi ancien officier du régiment d’infanterie chars de marine (RICM) et aveugle suite à un accident en service, a apporté la dimension forte et symbolique du soutien de la communauté militaire par sa présence.

Mylène, lycéenne de 17 ans, est l’une des rares à avoir fait sa JDC avec des valides. Pourtant, elle n’a pas hésité à renouveler l’expérience avec des jeunes ayant le même handicap qu’elle : « je préfère cette formule, confie la jeune femme, il y a plus de contact avec les animateurs, les soldats, et les supports adaptés facilitent notre compréhension globale. »

A la rencontre des gaulois du 92ème régiment d’infanterie

Au-delà de les sensibiliser à la défense nationale, ils ont pu aller à la rencontre du matériel et de l’équipement du régiment. Toucher le FELIN (Fantassin à Équipement et Liaisons Intégrés) sur l’homme, l’armement et l’emblématique VBCI (Véhicule Blindé de Combat d’Infanterie) fut une vraie découverte pour ces jeunes.

Comme l’indique le commandant d’unité de la 5ème compagnie : « je connais mes gaulois, et il est clair qu’ils ont vécu une expérience forte, riche et émouvante au contact des jeunes déficients visuels. »

Ce qu’est venu confirmer Vincent, 24 ans :  » J’ai adoré les ateliers, quelle chance de pouvoir toucher le matériel lourd qu’on ne côtoie jamais au quotidien. L’échange avec les soldats était facile et ils ont été très attentifs à mes besoins. L’armée fascine et j’ai l’impression d’être dans ses coulisses. »

©DSNJ/92RI