Lancement de la campagne novembre 2017 du Bleuet de France

Chaque année, à l’occasion des commémorations 11 novembre, le Bleuet de France organise des campagnes de dons pour venir en aide aux anciens combattants et victimes de guerre et perpétuer le devoir de mémoire.

Porter le Bleuet de France est avant tout un acte de citoyenneté dans la défense des valeurs de notre pays. C’est un symbole de la mémoire et de la solidarité, en France, envers les anciens combattants, les victimes de guerre, les veuves et les orphelins. Le port du Bleuet marque aussi, voire surtout, que le plus important n’est pas tant de conquérir sa liberté que de la conserver.

En effet, la paix est un combat quotidien qui réclame non seulement des capacités militaires mais des citoyens conscients de l’environnement dans lequel ils vivent et capables d’engagement personnel.

Aussi, les Armées s’impliquent-elles depuis longtemps dans cette action. Cette année, à Lyon, outre l’incitation au port du Bleuet, sur les sites de Saint-Etienne et de La Valbonne les jeunes participants à la JDC, le 8 novembre, porteront le Bleuet de France, offerts par le CSN.

Un peu d’Histoire…

Le terme de « Bleuets » désignait les soldats de la Classe 17 – nés en 1897 – fraîchement arrivés sur le champ de bataille du Chemin des Dames, en raison de l’uniforme bleu horizon dont ils étaient vêtus. Ces jeunes recrues dont beaucoup n’ont jamais eu vingt ans, avaient été surnommées ainsi par les poilus plus anciens.

De plus, le bleuet, fleur des champs, serait également, un des seuls végétaux poussant encore sur les champs de bataille.

Par la suite, à l’entre-deux guerres, deux infirmières des Invalides ont confectionné des bleuets pour créer une occupation aux mutilés de la Grande Guerre, mais aussi générer un revenu grâce à leur vente.

Aujourd’hui, ces insignes sont vendus au public à diverses occasions, notamment la semaine précédant le 8 mai et le 11 novembre, et le produit de ces ventes permet de financer des œuvres sociales venant en aide aux anciens combattants, victimes, veuves et orphelins de guerre.

Pour aller plus loin…
L’équivalent anglo-saxon (sauf l’Australie, où c’est le romarin, symbole de Gallipoli) est le coquelicot, « poppy » en anglais. Il fait référence au rouge qui rappelait le sang, et qui poussaient en grand nombre sur les champs de bataille des Flandres

Dossier de presse Bleuet de France